Microsoft

395

Micro-soft… Ainsi est née en 1975 la multinationale informatique de Redmond.

microsoft

En France, ils n’étaient que sept en 1983 pour fonder l’une des premières filiales de Microsoft dans le monde. Trente ans plus tard, l’entreprise est forte de 1 700 collaborateurs. Attachée à sa démarche partenaire originelle, Microsoft France génère avec son écosystème environ 75 000 emplois au cœur de l’économie du logiciel et de l’Internet au service de la société numérique française. Depuis, tout le monde a utilisé l’un de leurs produits au moins une fois dans leur vie, indirectement ou directement, qu’il soit issu du monde de l’informatique ou pas.

Aujourd’hui, nous connaissons cette entreprise sous le nom de Microsoft, plus simplement MS, ou encore Crosoft pour ses détracteurs car comme toute bonne personne physique qui se respecte, cette personne morale est à la fois aimée et critiquée pour ce qu’elle est, et ce qu’elle fait. En effet, si l’on pouvait retenir une critique unanime concernant Microsoft, c’est celle de la complexité de ses programmes de vente ainsi que les règles d’utilisation de ses produits … Il est vrai que contrairement à d’autres éditeurs, les programmes de ventes ainsi que les règles d’utilisations, regroupés sous l’anglicisme « Licensing », des produits de Microsoft sont quelque peu complexes.

C’est en partie à cause d’une large gamme de produits et du changement constant de leurs règles d’utilisation que Microsoft devient un casse-tête pour ses partenaires, ses clients, et parfois même, pour ses propres employés… En même temps, lorsque l’on analyse la largeur et la profondeur de la gammes de produits de la firme de Redmond, il est compréhensible qu’il ne soit pas aisé de la maîtriser complétement.

De plus, la société Microsoft n’adresse pas seulement des entreprises (BtoB), elle adresse également des particuliers (BtoC) et propose ses solutions sur la quasi-totalité des canaux de distribution… Toutefois, qu’importe les sentiments qu’une personne aura à son égard, les produits de Microsoft sont généralement incontournables dans les systèmes d’informations et connaître ses programmes de vente ainsi que les règles d’utilisation de ses produits est primordial pour proposer, installer et/ou acheter des produits Microsoft en toute conformité.

Globalement, avant d’utiliser des produits Microsoft, une organisation devra trouver le(s) produit(s) ainsi que le(s) programme(s) de licences qui conviennent aux spécificités de son projet, et vérifier ensuite si l’usage ainsi que l’installation du(es) produit(s) Microsoft qu’elle souhaite déployer est autorisé par le(s) programme(s) sélectionné(s).

Pour simplifier cette tâche, iVee propose quelques pistes de réflexion permettant aux organisations de comprendre le mécanisme de recueille d’informations clés nécessaires à la gestion d’un projet d’acquisition respectant les règles de conformité logicielle de Microsoft :

Quelle est la taille de l’organisation ?

  • Tout d’abord, il faut en effet connaître le nombre de postes de travail, ou périphérique, détenus par l’organisation pour déterminer le type de programme de ventes Microsoft qui sera le mieux adapté à cette dernière.
  • De manière générale, Microsoft les segmente la taille des organisations ainsi :

20140408_Taille_Organisation

Attention: Si une organisation a plus de 250 postes de travail, elle devra obtenir ses licences par le biais d’un des partenaires Microsoft spécialisés « Grands Comptes »,  communément appelés « Larger Account Reseller » (LAR), qui sont les seuls partenaires habilités à gérer les contrats spécifiques adaptés (Select Plus, Enterprise Agreement et Enterprise Subscription Agreement)

Quel est le type de l’organisation ?

Ensuite, il faudra définir si l’organisation est une entreprise du secteur privé (TPE, PME ou GE), une organisation publique, une association, un établissement scolaire, etc… Cela déterminera le type de programme ainsi que le type de tarif éligible à l’organisation.

20140408_Type_Organisation

En ce qui concerne les conditions Microsoft liées à l’Éducation, seuls les établissements, institutions ou individus suivants pourront en bénéficier sous réserve qu’ils apportent la preuve de leur éligibilité :

  • Les écoles primaires, collèges, lycées, écoles d’ingénieurs, de commerce, universités, IUT, IUP
  • Les établissements de l’Éducation Nationale (CRDP, IUFM, etc…)
  • Les collectivités locales (Mairies, Conseils Généraux, Conseils Régionaux) uniquement pour l’équipement des établissements scolaires qu’ils gèrent
  • Les centres de formation agréés uniquement pour l’équipement des postes dédiés à la formation
  • Les associations. Celles-ci devront vérifier leur éligibilité qui est soumise à des règles très spécifiques. En effet, certaines associations seront traitées comme des entreprises du secteur privée ou public, d’autres pourront bénéficier de logiciel 100% gratuit, offert par Microsoft dans le cadre de son engagement dans la Solidarité Numérique
  • Les centres de recherche « non commerciaux » dépendant du Ministère de l’Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie
  • Les bibliothèques publiques
  • Les musées publics
  • Les Espaces NETPublic
  • Les élèves, les étudiants, les apprentis et les enseignants à plein temps ou à temps partiel
  • Les centres hospitaliers universitaires ou les centres de formation médicale – lorsqu’il est possible de distinguer les services qui dispensent un enseignement de ceux dont ce n’est pas la mission
  • Les organisations caritatives qui ont pour but de lutter contre la pauvreté, de développer l’éducation, l’aide sociale, la culture ou la protection de l’environnement naturel
  • Les musées publics

Quels sont les produits et les solutions désirés par l’organisation ?

Bien que Microsoft ait un grand nombre de produits, ils sont souvent classés en seulement 3 catégories :

Produits « Application »

  • Ce groupe de produits concerne les applications qui s’installent et s’utilisent généralement sur les postes de travail des collaborateurs, physiques ou virtuels,  mais peuvent également être installés sur des serveurs d’applications ou encore être utilisés sur d’autres périphériques comme des tablettes, etc.
  • Les produits concernés sont : Office, Visio, Project, les outils de développement (comme Visual Studio), etc…

Produits « Système d’exploitation »

  • Ce groupe de produits concerne les applications appelées aussi système d’exploitation (OS – Operating System).
  • Les produits concernés sont : Windows ou encore Windows Phone

Produits « Serveurs »

  • Ce groupe de produits concerne les applications qui s’installent généralement sur des serveurs, physiques ou virtuels, et/ou dans le Cloud : public, privé ou hybride.
  • Les produits concernés sont : Windows Server, Exchange Server, SQL Server, SharePoint Server, BizTalk Server, System Center, etc…

Quel est le type de projet ainsi que le support souhaité ?

Selon le type de projets, les règles d’utilisations et les déploiements autorisés changent pour chaque produit souhaité : 

Nouvelle acquisition

  • Que ce soit votre toute première infrastructure ou le renouvellement d’une infrastructure existante sans évolution majeure, il est important de prendre en compte les nouvelles possibilités d’acquisition de produits permettant de réduire l’impact de celles-ci sur vos finances professionnelles et le besoin de flexibilité de votre secteur d’activités.

Consolidation (Virtualisation)

  • La consolidation de serveurs existants est aujourd’hui synonyme de virtualisation qui est une étape clé de tous projets d’infrastructure dynamique couplant infrastructure sur site (On-Premise) et externalisée (Cloud-Based Solutions). Souvent, les organisations souhaitent utiliser la virtualisation pour augmenter la disponibilité de leurs serveurs et/ou mettre en place un plan de reprise d’activités (PRA/DR) et utilisent alors des technologies de virtualisation comme Microsoft Hyper-V, VMware vSphere ou encore Citrix XenServer pour les plus répandues. Toutefois, elles pensent que les règles d’utilisation de leurs applications installées sur des serveurs physiques seront les mêmes une fois celles-ci déployées sur des serveurs virtuelles mais elles se trompent et se retrouvent en non conformité logicielle.
  • Chez Microsoft, les droits d’usage étendus des applications sont généralement inclus dans la Software Assurance, qui est le support de Microsoft incluant les mises à jour logicielles, le support technique mais également d’autres avantages celui des droits d’usage étendus.

Externalisation / Infogérance

  • L’informatique est devenue stratégique et se complexifie dans ce monde numérique en constante évolution. De nombreuses entreprises souhaitent alors se concentrer sur leurs activités principales et cherchent à déléguer et/ou externaliser certaines briques de leur système d’information. Ce choix est délicat car ces projets sont risqués, complexes à gérer, nécessite des contrats avec des clauses juridiques spécifiques et pour couronner le tout, nécessite souvent l’utilisation d’un programme Microsoft spécifique appelé Service Provider License Agreement (SPLA) permettant de proposer un logiciel Microsoft sous forme de services.

Embarqué dans une application tierce

  • Pour les éditeurs de logiciels indépendants (ISV – Independant Software Vendor), il est possible de fournir une solution unifiée à leurs clients en intégrant certains produits Microsoft sous licence dans leurs applications. La solution unifiée doit inclure le logiciel de l’ISV qu’il devra vendre sous licence à ses clients ainsi qu’un ou plusieurs logiciels Microsoft qu’il paiera sous forme de redevance dans le cadre d’un programme spécifique appelé Independant Software Vendor Royalty Licensing Program (ISV-R).

Quelle est la stratégie d’acquisition logicielle ?

Après avoir identifié la taille et le type d’organisation, les produits souhaités par celle-ci et le type de projet qu’elle aimerait mener, il faudra définir sa stratégie d’acquisition logicielle lui permettant d’optimiser le coût total d’acquisition (TCO) et d’être en conformité logicielle :

Opter pour un mode d’acquisition

  • Une organisation aura le choix d’acquérir ses licences au fur et à mesure de ses besoins (Licences Perpétuelles – CAPEX) ou de les payer à l’usage (Licences Non Perpétuelles – OPEX)

20140408_Acquisition_Logicielle

Définir son mix programme selon les besoins

  • Full Packaged Product / Product Key Activation (FPP / PKC)
  • Original Equipment Manufacturer / Reseller Option Kit (OEM / ROK)
  • Microsoft Volume Licensing
  • Microsoft Online Services
  • Service Provider License Agreement (SPLA)
  • Independant Software Royalty Agreement (ISV-R)

Adopter une politique commerciale normée pour gérer ses actifs logiciels

  • Selon l’Information Technology Infrastructure Library (ITIL), la gestion d’actifs logiciels est une approche définie par la norme ISO/IEC 19770-1 permettant la mise en place d’une politique commerciale consistant à gérer et à optimiser l’achat, le déploiement, la maintenance, l’utilisation et l’élimination des applications logicielles au sein d’une organisation.
  • Si une organisation souhaite mettre en place une politique commerciale en phase avec les bonnes pratiques de l’ITIL, elles devront choisir un programme leur permettant de faciliter cette gestion en permettant de disposer de versions de produits à jour et du support adapté (technique, formation, aide au déploiement des produits choisi, etc..)

Bien entendu, ces pistes de réflexion ne sont pas exhaustives et les informations récoltées devront être complétés par une connaissance maîtrisée des principaux programmes de ventes, des règles d’utilisation logicielles, des droits étendus et du licensing propre à chaque produit. Toutes ses informations sont disponibles dans le Guide Licensing d’iVee.

Disponible dans l'iVstore !

Cet article, ainsi que tous ceux du Guide Licensing, sont disponibles en téléchargement dans l’iVstore ! iVstore_V1

Pour y accéder, cliquer sur iVstore – iVee