43% des logiciels installés sur des PCs dans le monde n’est pas conforme

700

Partout dans le monde, moins de la moitié des responsables informatiques des entreprises se disent très confiants en leurs organisations pour utiliser des logiciels ayant des licences conformes. Même si la plupart pensent qu’utiliser des logiciels sans licence présente des risques de sécurité pour l’entreprise.

Voici ce que révèle l’édition 2014 de l’étude « THE COMPLIANCE GAP : BSA GLOBAL SOFTWARE SURVEY »de BSA | The Software Alliance menée avec IDC auprès des utilisateurs d’ordinateurs de 34 pays dont près de 22 000 utilisateurs d’ordinateurs professionnels et grand public et plus de 2 000 responsables IT dans une étude parallèle.

De manière générale, bien que dans certains pays la tendance soit à la baisse, ce chiffre est en hausse de 1 point par rapport à la précédente étude menée deux ans auparavant. En effet, le taux de non conformité des logiciels installés sur des PCs est passé de 42% en 2011 à 43% en 2013.

Cela s’explique par l’absence d’une politique réelle et sérieuse de gestion des actifs logiciels comme l’évoque certains responsables informatiques interviewés. Selon cette enquête, seulement 35% des entreprises ont des politiques écrites obligeant à utiliser un logiciel sous licence active.

iVee_Blog_Company Policies Matter

De plus, on note qu’il existe un réel écart de sensibilisation qu’en à la connaissance de l’existence d’une politique de gestion des logiciels présente ou non dans dans les entreprises, entre les travailleurs et les responsables.

iVee_Blog_Awareness Gap

Globalement, si les utilisateurs d’ordinateurs à travers le monde n’utilisent pas des logiciels sans licence, c’est qu’ils souhaitent avant tout éviter les programmes malveillants ou autres menaces de sécurité : 64% d’entre eux sont préoccupés par la peur qu’un pirate accède à leurs compte et 59% redoutentla perte de données…

iVee_Blog_Compliance Menace

Le marché des logiciels installés sans conformité s’élève en 2013 à plus de 63 milliards de dollars dans le monde et la France est classé 4e dans les marchés les plus importants en valeur avec 36% des logiciels installés sans licence conforme aux règles de propriété intellectuelle :

iVee_Blog_Unlicensed Value Market 2013

Malgré la tendance à la décroissance en France, ce taux reste important et les éditeurs, ainsi que les spécialistes en propriété intellectuelle comme les consultants et les avocats, se mobilisent pour sensibiliser les organisations aux risques encourus lors de l’utilisation de logiciels sans licence comme expliqué dans le Guide Licensing.

La France n’est pas le plus mauvais élève de l’Europe Occidentale où le taux global a chuté de trois points, passant de 32% en 2011 à 29% en 2013, mais pas non plus le meilleur comme l’indique l’historique ci-dessous :

iVee_Blog_Unlicensed Value Market History

Pour améliorer encore la situation mondiale, BSA | The Software Alliance encourage les gouvernements, qui restent les plus grands utilisateurs de logiciels dans le monde à ce jour, à montrer l’exemple auprès des entreprises en leurs prouvant les bénéfices apportés par l’adoption d’une politique de gestion de leurs actifs logiciels (SAM – Software Asset Management). D’après le BSA, les gouvernements devraient :

  • Faire preuve de leadership en s’assurant qu’ils utilisent uniquement des logiciels avec licence complète dans leurs propres systèmes d’informations;
  • Mettre en œuvre des programmes SAM qui s’alignent sur la norme ISO/IEC 19770-1 fixée par l’Organisation internationale de normalisation (ISO) (ou AFNOR en France);
  • Démontrer la conformité et encourager les autres à emboîter le pas en devenant ISO-SAM certifié par un programme tel que Verafirm;
  • Promouvoir l’utilisation des logiciels légaux dans les administrations publiques et tout au long de la chaîne d’approvisionnement du gouvernement, y compris avec tous les sous-traitants et fournisseurs;
  • Motiver les entreprises à devenir conformes;
  • Sensibiliser les entreprises, les comptables, les auditeurs et tout autre acteur concerné à l’importance de la mise en place d »une politique SAM en se concentrant sur la conformité des licences de logiciels dans le cadre d’un système efficace de contrôles internes des organisations;
  • Aider les entreprises à comprendre que l’utilisation de logiciels sans licence peut exposer leurs systèmes d’informations et leur activité à des risques critiques liés aux logiciels malveillants, aux virus, aux pirates, aux violations de données et autres risques de sécurité.

Pour accéder à l’étude complète, télécharger-la sur la page « The Compliance Gap BSA Global Software Survey » du site BSA | The Software Alliance. Pour plus d’informations à propos de la conformité logicielle et de la propriété intellectuelle, n’hésitez pas à nous contacter.